Forum des sites www.19mars2009.fr et www.1ermai2009.fr
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Après la suspension du plan social à RFI par la cour d'appel, le conflit reste bloqué

Aller en bas 
AuteurMessage
bosco

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 12/03/2009
Age : 33
Localisation : Angers

MessageSujet: Après la suspension du plan social à RFI par la cour d''appel, le conflit reste bloqué   Sam 16 Mai - 13:12

Depuis le début de la semaine, les antennes de Radio France Internationale (RFI) sont fortement perturbées par une grève "illimitée" lancé par les syndicats FO, SNJ, SNJ-CGT et SNRT-CGT de la station. Malgré moins de 10 % de grévistes recensés par la direction, la quasi-totalité des antennes en français et en langues étrangères sont bloquées, et aucun journal ni magazine n'a été diffusé sur l'antenne "monde".

Voté à une large majorité, ce mouvement fait suite aux différentes actions menées depuis des mois par les salariés de RFI, qui exigent le retrait du plan social prévoyant 206 suppressions d'emplois (dont 106 journalistes) sur un millier, annoncé début janvier par la direction. Mardi 12 mai, les salariés ont obtenu un sursis de la Cour d'appel de Paris. Saisie par les syndicats, cette juridiction a demandé à la direction de RFI de suspendre "temporairement" le plan social. Elle enjoint à la direction de consulter "sans délai" le comité d'entreprise (CE) sur la mise en place de l'Audiovisuel Extérieur de la France (AEF), la holding dont fait désormais partie RFI, aux côtés de France 24 et TV5 Monde, après le vote, mi-mars, de la nouvelle loi sur l'audiovisuel public.

La Cour demande également à la direction de consulter le CE sur la négociation de son contrat d'objectifs et de moyens (COM) qu'elle négocie avec l'Etat, son autorité de tutelle.

Selon les syndicats, le "plan de modernisation" annoncé par la direction de RFI est surtout lié à l'organisation de l'AEF et aux synergies qui pourraient en découler, et non pas aux difficultés financières de la radio publique invoquées par Alain de Pouzilhac, le PDG de l'AEF, qui souhaite en finir avec "la culture du déficit". Le 13 février, l'Etat avait recapitalisé RFI à hauteur de 16,9 millions d'euros, somme correspondant au déficit des trois dernières années.

Ils estiment, par ailleurs, que la direction pratique une "discrimination" envers une partie des journalistes des rédactions en langues étrangères, qui sont classés dans une catégorie professionnelle distincte des journalistes français. La direction de RFI conteste cette affirmation, et fait valoir qu'elle a "toujours défendu la diversité" au sein de l'entreprise.

Le plan prévoit de réduire les émissions dans sept des dix-neuf langues dans lesquelles émet cette radio destinée à l'étranger. Par ailleurs, les syndicats dénoncent les incitations aux départs volontaires qui, selon eux, "sont des licenciements maquillés". Pourtant, la direction propose près de 36 mois de salaire pour les candidats au départ.

Mercredi 13 mai, la direction de RFI, qui a "pris acte" de la décision de la Cour d'appel, a annoncé que la procédure de son plan reprendrait à l'issue des consultations demandées par le tribunal. "La réforme de RFI est indispensable à la pérennité et au développement de cette entreprise", écrit la direction dans un communiqué. Elle se déclare "plus que jamais décidée" à mener à bout la modernisation de RFI.

Pour le moment, le conflit est donc dans l'impasse. "Tant que la direction ne reviendra pas à la table des négociations, nous ne suspendrons pas la grève", indique Elisa Drago, déléguée SNJ-CGT au comité d'entreprise. Elle cite un rapport d'experts commandé par le CE, soulignant que "ce plan de modernisation, au prétexte de survie financière, est probablement la première opération d'ajustement des effectifs dans des métiers où les tutelles estiment qu'il y a trop de monde".

Mercredi, les salariés de RFI, réunis en assemblée générale pour reconduire la grève, ont voté à bulletin secret en faveur de deux motions de défiance : l'une contre l'Etat, l'autre contre la direction de RFI et de l'AEF. Selon les syndicats, les deux textes ont obtenu 95 % des suffrages exprimés.

Daniel Psenny - Le Monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lesminardistes.tk/
 
Après la suspension du plan social à RFI par la cour d'appel, le conflit reste bloqué
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rumeur : vers un plan social à la poste ?
» Visite médicale et suspension permis.
» THT
» plan de mso
» Contraception pendant l'allaitement... et après

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
19mars2009, 1ermai2009 -forum :: Contexte syndical :: Les luttes en cours: preuves que la Grève Générale couve!-
Sauter vers: